APPEL À DÉNONCER LE GOUVERNEMENT BRÉSILIEN !

Version Portuguais, Français, Anglais, Espagnol.

CHAMADA PARA A DENUNCIA DO GOVERNO BRASILEIRO! 

Neste exato momento , no Brasil, um massacre contra os camponeses pobres e sua liderança no Estado de Rondônia está em preparação. As forças repressivas do Estado e da União planejam um ataque contra camponeses pobres sob o falso pretexto de ocupação a uma reserva natural. Vários tumultos já ocorreram e os camponeses foram vitoriosos na primeira tentativa de despejo. Porém num recente discurso do Governador do Estado Confucius Moura, um proprietário de terras, ele descreve os agricultores como vândalos “e ” bandidos ” e prenuncia o pior. Continue reading

Advertisements
Posted in America deu Sud, Brasiu/Brésil, solidaritat | 5 Comments

Retour sur le Brasil

afica1_libertat2Samedi 12 juin de nombreux activistes ont été arrêtés à Rio à 6 heures du matin, d’autres sont passés à travers les mailles du filet et son aujourd’hui en sécurité. Cette vague d’arrestation dans un mode anti-insurrectionnel (flics cagoulés, M16 etc) n’a qu’un but créer la peur chez les activistes du peuple et tenter d’empêcher la manifestation qui devait avoir lieu le dimanche 13 juin lors de la finale de la Coupe. Ces arrestations visaient les militants de la FIP (le front indépendant populaire) (organisation rassemblant plusieurs mouvements politiques et indépendants, voir ici) mouvement le plus combattant apparu durant les insurrections populaires de juin 2013. Aujourd’hui les camarades sont toujours détenus, les médias en ont profité pour criminaliser les activistes et tenter de les discréditer aux yeux du peuple. Mais le peuple n’est pas bête et commence à bien comprendre toutes ces manœuvres. La réalité est que malgré l’énorme appareil de propagande du gouvernement PT et consort et de la FIFA, ils n’ont pas réussi à éviter que le slogan « não vai ter copa » ai une répercussion mondiale. Derrière ce slogan se cache toute la rancœur contre ce système de plus en plus oppressif et invivable pour le peuple.

Malgré l’impressionnant appareil de répression mis en place pour rassurer la mafia FIFA et les monopoles capitalistes et tenter de générer la peur dans les masses, le peuple c’est levé courageusement dans toutes les villes où les matchs de la coupe se passait. D’importantes manifestations combatives ont eu lieu bravant la violence de l’état policier fasciste brésilien. Dans ces manifestations luttaient les militants et activistes les plus déterminés, mais derrière le soutien de la population n’a jamais été aussi fort. C’est donc une grande victoire de résistance qui ouvre de nouveaux chemins de combats. La révolution n’est pas un phénomène linéaire mais se développe par bond, juin 2013 était un bond historique et même si il y a un relatif recul aujourd’hui, une nouvelle ère révolutionnaire c’est ouverte au brésil. Il n’est donc pas anodin que les nouveaux slogans des dernières manif étaient clairement un appel au boycott de la farce électorale brésilienne qui va avoir lieu cette fin d’année. Il faut aussi penser que même pendant que la coupe se déroulait sous occupation militaire, la lutte continuait au champ, dans les favelas, dans les immenses chantiers de développements capitalises à travers le pays (Belo Monte étant le plus connu). Ces manifestations ont été des coups durs pour tous les opportunistes dits de gauche se servant des justes revendications populaires pour leurs petits intérêts mesquin.

L’Etat brésilien révèle sa vraie nature, un état policier et fasciste. Le fascisme est avant tout un mouvement contre-révolutionnaire qui apparait quand la bourgeoisie n’arrive plus à contenir les masses. Assassinats sélectifs à la campagne, politique d’occupation militaire à la ville avec les célèbres UPPs, criminalisation des mouvements populaires, mobilisation des masses de manière réactionnaire, corporisation de la société, sont les nombreux visages du fascisme C’est exactement cette situation qui aujourd’hui existe au Brésil et dans quasiment tous les pays du monde. L’état bourgeois ne devient pas fascisme il a en lui le fascisme comme protection ultime face à la révolution et c’est pour cela que les classes dominantes violent sans se soucier ses propres lois. L’état de droit n’est qu’une chimère pour nous endormir. Les contradictions du capitalisme avec sa seconde crise générale ont déjà une grande répercussion dans les masses mondiales. Le Brésil n’échappe pas à ses contradiction, l’impérialisme principalement Yankee( mais pas que) opprime tous les jours de plus en plus le peuple brésilien. Le vieux système bureaucratique et latifundiaire semi-féodale (avec l’agrocapitalisme) est de plus en plus violent pour empêcher l’avancée de la Révolution agraire. Dans les villes le génocide des populations pauvres continu, en 10ans la police Carioque a tué plus de 10000 habitants !

L’impérialisme Yankee a mis au point une politique contre-insurrectionnel dite de guerre de basse intensité visant à assoir son pouvoir par des moyens autre que l’invasion militaire, la guerre contre la drogue en Amérique du Sud n’est autre que le cache sexe de cette guerre.

Chaque heure qui passe révèle toujours plus la nature parasitaire des classes dominantes et la faiblesse inhérente de l’Etat censé les protéger. Les Etats des semi-colonies sont bien plus faible que dans les centres capitalistes car l’hégémonie culturelle est beaucoup moins forte (l’idée que tout peut changer par le vote etc), en gros la domestication opérée dans les métropoles n’a pas le temps ici de s’implanter c’est une des autres contradictions du capitalisme. Ceci étant à relativiser car avec la crise même dans les métropoles la domestication est en train de s’effriter à grande vitesse.

Pour conclure nous pouvons dire que la Révolution au Brésil avance avec fermeté beaucoup de chemin est encore à parcourir mais la détermination des révolutionnaires et le soutien de plus en plus fort d’une grande partie de la population donne de grand espoir.

Communiqué du CEBRASPO :

Pour la liberté de manifestation et d’expression.

Le Centre Brésilienne de Solidarité aux Peuples-CEBRASPO vient publiquement dénoncer les actions de cet Etat policier fasciste.

La jeunesse brésilienne combat d’une manière courageuse, particulièrement depuis juin 2013, luttant pour une autre société et c’est cette jeunesse qui est la cible de la plus brutale des répressions.

Les jeunes sont restés dans la rue malgré tout cet appareil de guerre armé par l’Etat défendant les bénéfices de la FIFA et des monopoles. Ce même Etat qui attaque, les paysans luttant pour la terre, et les habitants des quartiers pauvres des villes.

Les récentes arrestations des activistes à Rio le 12 juillet est une attaque de l’Etat de droit à manifester, une attaque contre tous qui sont allés dans la rue depuis juin 2013 et, surtout, une tentative de faire taire la lutte populaire.

Ce qui s’est passé lors de la manifestation du 13 juillet, lors de la final de la Coupe de la FIFA, quand une fois de plus l’Etat usa de la tactique nazis pour empêcher que se déroule la manifestation, démontre qu’il est aujourd’hui dans notre pays de manifester de n’importe quelle manière.

Pour cela, défendre cette jeunesse est un devoir de tous qui défendent le peuple et la véritable démocratie.

Pour la liberté immédiate de tous les prisonniers politiques !

Soutenons le mouvement populaire au brésil !

LIBERTAT TAUS PRESOS POLITICOS !

1901441_316328695207788_4485088950475177160_n

Posted in America deu Sud, Brasiu/Brésil, solidaritat | Leave a comment

IBIL: Bases

Traduccion en frances d’Auba Vermelha. Que’vs presentam aquesta iniciativa deu movement socialista de liberacion nacionau en Euskal Herria. Qu’arriva dens un moment de dobte sus lo potenciau revolucionari deus “accòrds de Patz” que son en camin en aquest moment. Aquesta organizacion que vau continuar lo camin de la revolucion sociau e nacionau, lo camin deus patriòts despush lo debut.

IBIL (itzalarekin)BASES

Nous sommes des basques révolutionnaires, et des révolutionnaires basques . Notre objectif est l’émancipation complète et la libération du Peuple Travailleur Basque , et plus particulièrement , de la classe ouvrière Basque dans un Pays Basque sans classes . Pour ce faire, nous voulons détruire toutes les  oppressions , et surtout le pouvoir hégémonique oppressif qu’est le capitalisme , sans oublier les oppressions les plus anciennes ( et les plus profondes ) : le patriarcat , l’ethnocide , le racisme , l’écocide … Ces réseaux complexes d’oppressions se sont entrelacés , siècle après siècle jusqu’à aujourd’hui et ont été intégrés dans l’impérialisme . Il est donc de notre objectif de réaliser la révolution socialiste basque , que les travailleurs du Pays Basque construirons sous la forme d’un pays basque unifié, indépendant , socialiste et euskalduns .

Celles-ci ont été nos objectifs historiques , année après année et combat après combat. Lors de la première Assemblée de Euskadi Ta Askatasuna (ETA) en 1962, c’est formé le Mouvement de Révolutionnaire de Libération Nationale Basque. Lors de la cinquième Assemblée, em 1967, fut créé le Mouvement Socialiste de Libération Nationale Basque. Nous autres sommes avec cette définitions et avec la praxis de l’Organisation socialiste révolutionnaire de libération nationale basque . Nous sommes les mêmes que lorsque nous avons commencé ( Lehengo lepotik dugu Burua ) : indépendance et le socialisme ! Réunification et Rebasquisation !

  Continue reading

Posted in Euròpa, Euskal Herria, Lutas de liberacion nacionau | Leave a comment

L’association des Avocats du Peuple

529427_208719102570896_364269121_n“Plus cruel est le régime, plus le peuple va résister à leurs politiques. Plus brutalement ils nous gouvernent, plus le peuple va lutter avec insistance (…) Nous avons des clients très combatifs. Ils méritent des Avocat combatifs.”

Romeo Capulong

” Les avocats du peuple ne travaillent pas comme défenseurs typique, l’exécution technique de leur profession dans l’espace conçu pour eux par le système, mais comme une partie de la lutte des classes. Ils cherchent à transformer les tribunaux en caisse de résonnance où les combats et les droits du peuple, sa résistance et la révolte contre l’oppression et l’exploitation sont légitimés. “

Hakan Karakus

A l’occasion des rencontres internationales des Avocats du Peuple qui se dérouleront du 12 au 15 février 2014 à Rio de Janeiro nous vous proposons une courte présentation de cette initiative extrêmement importante dans le processus révolutionnaire de libération. Il est évident que pour nous communistes ce type d’avocat est une nécessité dans l’état français, nous sommes prêts à participer à toutes initiatives allant dans ce sens. Auba Vermelha sera présent au congrès pour réaliser des interviews des avocats de divers pays. Le Mexique, l’Iran, les Philippine, la Turquie, le Chili et le Brésil seront représentés, cela sera l’occasion de faire un point sur les situations dans ces pays.

Continue reading

Posted in Guèrras popularas, Lutas de liberacion nacionau, Lutas popularas, Lutas revolucionàrias, solidaritat | Leave a comment

Pour la libération inconditionnelle de l’ensemble des prisonnières et prisonniers politiques en Inde !

indiamao

Faisons du 25 janvier 2014 une grande journée internationale de solidarité et de combat !

En Inde, plus de 10 000 personnes soupçonnées d’être maoïstes croupissent en prison ; à celles-là s’ajoutent des milliers d’autres impliquées dans les mouvements de libération nationale (au Cachemire ou dans l’État du Manipur, notamment) ou d’autres mouvements démocratiques.

Aux côtés des dirigeantes, dirigeants, cadres et combattantes et combattants de l’Armée populaire de libération et de guérilla, plus de 90 % de ces prisonnières et prisonniers sont des villageoises et villageois aborigènes (les Adivasis) ayant osé résister aux déplacements forcés ; des paysannes et paysans ayant lutté contre les ententes signées par les gouvernements et les sociétés transnationales pour exploiter les gens et continuer le pillage impérialiste des ressources naturelles ; des militantes et militants des minorités nationales qui se sont organisées pour contrer la menace croissante du fascisme communautaire hindou ; des étudiantes et étudiants, intellectuelles, artistes appartenant au Front révolutionnaire démocratique et d’autres organisations démocratiques, coupables de se tenir du côté des masses populaires contre la guerre menée par l’État indien ; des femmes et militantes féministes qui se sont unies pour lutter contre l’escalade de viols commis en partie par des membres des forces armées, de la police et des escadrons paramilitaires fascistes financés par l’État, pour qui le viol est une arme de guerre légitime.

Là où ils et elles sont détenues, les prisonniers et prisonnières sont confrontées au harcèlement de toute sorte, à la torture, au refus d’une mise en liberté provisoire, à des conditions de vie inhumaines, aux mutations arbitraires, aux agressions et à l’isolement carcéral ; les prisonnières, en particulier, sont très souvent victimes de viol.

En dépit des conditions de détention féroces qu’ils et elles subissent, les prisonnières et prisonniers résistent et luttent pour transformer les sombres prisons dans lesquelles ils et elles sont confinées en un front de lutte contre le fascisme montant en Inde et le régime au pouvoir.

La lutte pour leur libération inconditionnelle est une tâche urgente pour l’ensemble des forces solidaires et amies du peuple indien ; elle est partie intégrante de la lutte pour soutenir sa guerre de libération, jusqu’à la victoire.

Les classes dominantes de l’Inde font de plus en plus de ce pays une « prison des mouvements populaires ».

Depuis le milieu de l’année 2009, les classes dominantes indiennes, sous la direction et avec l’aide des puissances impérialistes, ont lancé une offensive sur plusieurs fronts et à l’échelle nationale, appelée « Opération Green Hunt ». Cette campagne n’est rien d’autre qu’une guerre contre les masses populaires ; elle vise à anéantir le mouvement maoïste et à réprimer les luttes populaires légitimes.

Si la répression des masses opprimées est le fait de tout État ​​qui assume son rôle de rouage de l’exploitation et qu’elle a toujours été une caractéristique de l’État indien, l’opération Green Hunt surpasse d’emblée les offensives précédentes, à la fois par son ampleur et sa brutalité.

Des milliers de militantes et militants des organisations démocratiques et révolutionnaires de masse ont été assassinées, torturées et jetées en prison. Condamnées à la suite de fausses accusations, plusieurs d’entre eux et d’entre elles font face à de sévères peines.

Les massacres et viols collectifs, les pillages et la destruction de villages entiers par les forces armées sont désormais à l’ordre du jour.

L’opération Green Hunt vise officiellement à éliminer le mouvement maoïste, mais dans les faits, elle cible et cherche à supprimer toute revendication populaire. On associe les militantes et militants populaires au PCI (maoïste) pour pouvoir ensuite les accuser en vertu des lois draconiennes adoptées par les gouvernements central et locaux, au nom de la lutte contre le « terrorisme » et de la « sécurité nationale ».

Stoppons l’opération Green Hunt, arrêtons la guerre contre le peuple de l’Inde !

La répression la plus sauvage ne peut arrêter la guerre de libération des masses en Inde ; au contraire, elle suscite une plus grande solidarité morale et politique.

De nombreuses initiatives ont été entreprises à l’échelle internationale pour bâtir la solidarité avec la lutte de libération des masses populaires de l’Inde, dont la grande conférence internationale de Hambourg et les journées internationales d’action organisées par le comité international qui soutient la guerre populaire en Inde. Ces initiatives ont eu un impact certain un peu partout dans le monde et en Inde ; elles ont porté des coups à l’impérialisme et au régime indien. Ce dernier exhorte d’ailleurs maintenant les gouvernements des autres pays, particulièrement ceux de l’Union européenne, à interdire ces initiatives solidaires.

Pour cette raison, il est aujourd’hui plus que jamais nécessaire de consolider et d’étendre lasolidarité.

C’est pourquoi nous appelons à une grande journée internationale de solidarité et de lutte pour la libération inconditionnelle des prisonnières et prisonniers politiques en Inde le 25 janvier 2014, qui devrait avoir lieu partout où ce sera possible, de toutes les façons possibles selon les décisions que prendront les comités et les forces solidaires dans chaque pays, incluant des actions de rue, des appels à la participation des masses, des activités de contre-information, des manifestations devant les ambassades et consulats indiens, les bureaux des organes de presse et des organisations humanitaires, etc. Ces actions pourront en outre avoir lieu toute la semaine précédant la journée internationale d’action.

 

Le Comité international d’appui à la guerre populaire en Inde

5 décembre 2013

 

Info :
csgpindia@gmail.com

Nouveau blogue (en langue anglaise) :

icspwindia.wordpress.com

Posted in asia, Índia, Guèrras popularas, solidaritat | Leave a comment

Document sur l’Ejército del Pueblo Paraguayo

epp5Nous vous présentons un mouvement armé sud-américain très peu connu. Il lutte pour un nouveau Paraguay socialiste et indépendant. Cette courte présentation est suivie d’une interview d’une de ses dirigeantes du mouvement la camarade Carmen Villalba. 

l’Ejército del Pueblo Paraguayo (EPP) a été créée le 1er Mars 2008. C’est une organisation armée marxiste-léniniste et patriote.

La première action armée de l’EPP peut être considéré comme celle perpétrée le dimanche 16 Mars 2008, quelques jours après avoir été officiellement fondée. Dans cette attaque, les membres de l’EPP ont brûlé du matériel de construction dans le domaine  Santa Herminia dans le département de Concepción. Cette propriété de 20.000 hectares productrice de soja appartient au brésilien Nabort Boht . Lors de ce fait marquant avec l’EPP, en réalité pendant deux ans les paysans ont plusieurs fois portés plaintes par rapport à leurs conditions de santé causés par la pulvérisation de produits agrochimiques dans les champs de soja de Boht debout. Tellement que le gouvernement de Concepción, a décidé d’intercéder en faveur de la population rurale. En conséquence, un mandat d’arrêt contre l’employeur Nabor Both, dont les plaintes ont toutes été rejetées par les tribunaux de la ville de Horqueta.

Le 31 Décembre 2008, l’EPP a mené une attaque contre la caserne militaire de Tacuati dans le département de San Pedro, où ils ont volé des armes et brûlé le bâtiment. La caserne avait peu de surveillance, ce qui aurait permis aux guérilleros d’agir sans trop de difficulté. Depuis la prison, Carmen Villalba a revendiqué l’action au nom de l’EPP. Les forces armées en réponse à l’attaque ont menées une grande opération conjointe dans la région, le premier depuis la Guerre du Chaco. La société paraguayenne a été surprise en raison de la qualité de l’équipement lors des opérations, mais en raison de la politique et des restrictions politiques de Fernando Lugo Mendez et sans grands résultats ils ont dû arrêter l’opération.

Le 29 Avril 2009, le groupe armé a revendiqué par une lettre une bombe placée à l’intérieur du palais de justice, après avoir été découverte par un agent d’entretien, elle a été amenée par un agent de sécurité à l’extérieur du bâtiment où elle a explosé. Le lendemain, Carmen Villalba de son lieu de détention a confirmé la responsabilité de l’attaque.

L’organisation armée utilise aussi la séquestration comme moyen militaire d’action. C’est une façon de récupérer une petite part du vol organisé par les latifundiarios.

La première action de ce type a été la séquestration de l’éleveur et bucheron et ancien epp3maire de Tacuatí, Luis Alberto Lindstron. Sa libération après 43 jours a donné lieu à une rançon de 300.000$.

15 Octobre 2009, l’éleveur Fidel Zavala Serrati a été enlevé dans sa propriétés de Hugua Nandu, Paso Barreto dans le département de Concepción.

Le 12 Janvier 2010, la famille Zavala a été contrainte de faire don de leur viande bovine à des familles pauvres, obéissant aux demandes de l’EPP pour la libération ultérieure du propriétaire dans le cadre de négociations avec les révolutionnaires. Cette viande a été donnée aux communautés dans le besoin dans la région et dans la capitale du pays. Cependant, l’un des trois groupes qui devaient recevoir la viande n’a pas accepté par ” peur de représailles de la part du gouvernement”, a fait valoir le chef de la zone Indienne. Enfin, le 17 Janvier , autour de 20 heures ( locale ) , Zavala a été libéré après 94 jours de captivité. Il a été trouvé à environ 10 kilomètres de sa propriété, au même endroit où il avait été enlevé.

Immédiatement après la libération de Fidel Zavala , la Police Nationale a annoncé que des contrôles seront effectués dans le nord pour attraper les auteurs de l’enlèvement .

Le 14 Avril  2010, il y a  eu un conflit entre Severiano Martinez , militant de l’EPP, et un policier qui était l’administrateur d’une propriété , à proximité du détachement militaire d’Agua Dulce, dans le département de l’Alto Paraguay , dans le Chaco paraguayen . Dans cette confrontation trois personnes ont été blessées et Severiano Martinez a réussi à s’échapper, et à s’échapper dans les forêts denses de la région du Chaco. Immédiatement après la bataille, les forces de la FOPE (forces spéciales la de Police) sont allées sur les lieux pour chercher Martinez . Certaines rumeurs prétendent que Martinez se cachait dans cette région du Chaco pour préparer une nouvelle action de l’EPP.

Le 28 Juillet 2010, il y a eu une autre confrontation à Agua Dulce, entre Severiano Martinez et la police, la bataille c’est terminée par la mort du militant révolutionnaire.

severiano-abandono-el-epp-en-julio-de-2005-126682_305_464_121 Avril 2010, quelques jour après l’incident avec Severiano Martinez, dans une autre confrontation, 4 personnes ont été tuées dans une fusillade avec les militants de l’EPP. L’action s’est déroulée dans la propriété de Santa Adelia, à Arrochar, dans le district de Horqueta, département de Concepción. Un policier, et trois gardes privés ont été tués lors de l’affrontement.

Le 24 avril 2010, le président Fernando Lugo déclare l’état d’exception dans trois départements du pays pour combattre le groupe. Il est levé le24 mai 2010, au terme de la période de trente jours prévue, sans aucune interpellation d’un membre de ce groupe.

Après la confrontation, le gouvernement a envoyé un grand renforts de police dans la région du pays, et a mis en place un «état ​​d’exception» pour les Forces armées de prendre des mesures si elle était nécessaire dans cinq départements (Concepción – Amambay – San Pedro – Villa Hayes – Canindeyú).

Nous retranscrivons une interview de la dirigeante de l’ l’Ejército del Pueblo Paraguayo (EPP), 

Continue reading

Posted in America deu Sud, Lutas revolucionàrias, paraguay | Leave a comment

LIBERATZ JOEL: APPLÈC A LA SOLIDARITAT INTERNACIONAU!

Traduccion de la pagina de la horde

Los antifascistas de stockholm qu’aperan la totalitat deu movement internacionau a testimonhar la soa solidaritat dab un camarada embastilhat. Qu’ei en prison tad aber desfendut ua manifestacion antifascista pairau a Karrtrop, un bairro de Stockholm, vitima d’ua ataca nazista lo 15 de decème 2013. Durant aquesta ataca mantuns antifascistas qu’estón herits e un qu’estoi pegat per la polícia quauques dias après.

Lo 22 de decème, 20000 personas que manifestèn tà diser de manèra clara que “los nazistas ne son pas los planvienguts dens la nosta societat!”

Los antifascistas de suècia qu’aperan tots los antifascistas a balhar accions de solidaritat.

Mei d’infos en inglès sus facebook!

FREE JOEL!

LIBERTAT TAU JOEL!

FreeJoelGrph

Posted in Euròpa, Lutas popularas, solidaritat, suècia | Tagged | Leave a comment

Note sur l’expulsion de l’Aldeia Maracanã (CEBRASPO)

Note explicative d’Auba Vermelha.

rio-stade-maracanaAvec l’accueil de la Coupe du Monde de la FIFA le peuple Brésilien connaît de nombreuses attaques contes ses droits élémentaires. Le stade mythique de Rio, le Maracanã, est le nom de la tribut indigène qui vivait là avant l’arrivée des Portugais. A côté de ce stade se trouve, encore pour le moment, un térritoire qui appartient toujours aux indigènes de Rio. Sur ce terrain se trouve le bâtiment de l’ancien musée indigène, qui aujourd’hui n’est plus là, mais il est toujours classé patrimoine historique Brésilien. De plus ce bâtiment à une grande valeur  symbolique pour les primo-peuples car il est le tout premier musée sur la culture Indienne de l’Amérique du Sud. Il est en quelques sortes la première reconnaissance physique à l’existence de ces peuples.

La mafia nommée FIFA impose aux pays qui veulent accueillir la Coupe d’immense dépense de prestige pour rénover et construire des infrastructure uniquement pour cet événement mondial. C’est l’occasion pour toute une flopée de parasites, hommes politiques en tête, de se gaver sur le dos du peuple. La rénovation du Maracanã a Rio

Urutau-GUajajara-003-e1365647298106

est bien entendu au centre du dispositif. Mais l’antique bâtiment et le territoire Indien, à deux pas de l’arène, fait tâche dans l’image que le brésil veut donner, celui d’un pays moderne à deux doigts de faire partie du premier monde. Les organisateurs ont donc décidé de raser purement et simplement cet édifice et de construire un parking, symbole du

Brésil triomphant classe moyenne en tête. Nous devons aussi signaler qu’une Favela a été entièrement détruite et ses habitants expulsées vers des coins reculés de la ville…lire la suite.

Continue reading

Posted in Brasiu/Brésil, Lutas de liberacion nacionau, Lutas popularas | Leave a comment